Le 2ème Forum Numérique Germano-Arabeorums régionaux

Investir dans l'avenir: l'économie des TIC dans la région arabe

Mondialisation et numérisation - les deux thèmes offrent de grandes opportunités et englobent de grands potentiels, tout en étant liés à des problèmes tels que la sécurité des données et les emplois. Christian Wulff, ancien Président Fédéral Allemand et Président honoraire de l'EMA, a également insisté sur ce point lors du deuxième forum numérique germano-arabe. L'événement a été organisé par l'EMA, le programme EZ-Scout, l'AWE et le CEBIT et a eu lieu le 11 juin 2018 à Hanovre dans le cadre du Take-off Monday à la foire du CEBIT. "La numérisation est une question transfrontalière impliquant en particulier trois régions - l'Europe, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient - qui sont géographiquement et historiquement très proches", a-t-il affirmé. Il a également souligné l'importance de rassembler les décideurs allemands et arabes ainsi que les hommes d'affaires, les décideurs et les représentants du monde scientifique. "Nous devrions tous accorder beaucoup d’intérêt et d’attention à la coopération internationale".

 

 
La numérisation comme outil pour atteindre les objectifs de développement durable
 
"En comblant le Technology Gap qui existe entre les pays industrialisés et les pays en développement, nous devons veiller à ce que personne ne soit laissé de côté" - a noté le Dr. Bilel Jamoussi, Président du Département des Commissions d'études de l'UIT-T. L'Union internationale des télécommunications (UIT) est une institution spécialisée des Nations Unies qui, à travers divers projets dans la région arabe et en accordant une attention particulière aux populations vulnérables, les aide à développer les technologies de l'information et des télécommunications. Ils opèrent dans la conviction que l'intelligence artificielle peut servir d'outil pour la réalisation des objectifs de développement durable. Une autre priorité de l'UIT est le programme Bridging the Standardization Gap (BSG), qui vise à mieux intégrer les entreprises de la région arabe dans le marché international des TIC. Ainsi, la participation arabe à la CE 20 de l'UIT-T a été consolidée dans le cadre d'un projet pilote de PME avec la participation d'une société tunisienne et de trois entreprises égyptiennes et a entraîné l'organisation de conférences à Dubaï et en Tunisie.
 
De même, le Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) souhaite que les opportunités résultant de la numérisation soient accessibles à tous. Ainsi, le réseau BMZ, les entreprises et associations ont mis en place l'initiative d'entrepreneuriat technologique Make-IT in Africa et le partenariat stratégique Digital Africa. La secrétaire d'Etat parlementaire du BMZ, Dr. Maria Flachsbarth, a souligné les innombrables avantages de la numérisation pour les pays en développement. Cependant, il reste beaucoup à faire: plus de gens peuvent partager leurs connaissances, plus d'emplois peuvent être créés. Dans le cadre d'un dialogue modéré, la secrétaire d'État parlementaire, Maria Flachsbarth, et Rym Jarou, PDG de Smart Tunisie, ont discuté du cadre nécessaire pour un secteur des TIC créateurs d'emplois et de l'entrepreneuriat technologique. Smart Tunisie, un programme initié par le ministère tunisien, vise à promouvoir la Tunisie en tant que pôle IT et Offshoring et soutient la création de nouvelles entreprises. Afin de créer les conditions nécessaires pour atteindre cet objectif, la Tunisie a développé la Startup Act, suivant un processus de deux ans qui comprenait des législateurs, des entreprises, des investisseurs et la société civile. Le programme, qui pourrait jouer un rôle de pionnier en Afrique, permet aux entrepreneurs potentiels de quitter leur emploi pendant un an, qu'ils travaillent dans le secteur privé ou public.
 
Pertinence du secteur des TIC pour l'économie arabe - Le cas de la Jordanie
 
Nidal Bitar, PDG de l'association jordanienne des TIC Int@ J, a donné un aperçu détaillé de la pertinence du secteur des TIC pour l'économie arabe. Bitar, qui organise également le forum MENA ICT à Amman, a expliqué que les développements de logiciels et le matériel informatique représentent près de 40% des exportations informatiques de la Jordanie. De même, les femmes représentent le tiers des emplois dans les TIC, dépassant leur part dans tous les autres secteurs. Ainsi, en 2014 et 2015, la Jordanie a investi plus de 400 millions de dollars dans les télécommunications et a développé des conditions favorables pour soutenir le secteur: Le gouvernement a réduit la TVA sur les biens et services produits dans le secteur des TIC de 16% à zéro, et de 14% à 5% dans les entreprises informatiques. Il a aussi évoqué plusieurs exemples de réussite germano-jordaniennes qui montrent comment les marchés de la région du Moyen-Orient peuvent être ouverts, tels que DocuWare Europe GmbH et ITEC.
 
Solutions numériques pour combler les écarts d'approvisionnement
 
E-health, e-agriculture, mobile money ou des Smart Cities peuvent être plus que de simples applications pratiques pour les pays industrialisés. De plus en plus, ils offrent également un accès aux services publics pour les groupes démographiques qui auparavant n'y avaient pas accès. Julia Nietsch, de la société française Orange International, a présenté des exemples en parlant du travail de son entreprise en tant qu'un des principaux fournisseurs de services de télécommunication dans la région arabe. En coopérant avec des entrepreneurs locaux et en mettant en place des laboratoires d'innovation, Orange soutient le développement d'applications adaptées aux besoins locaux. En outre, le Dr. Bilel Jamoussi de l'UIT a expliqué comment l'alimentation des données climatiques en Smart Cities permet d'assurer les agriculteurs contre les mauvaises récoltes. En tant que PDG du fournisseur de services financiers Dinarak de Jordanie, Imed Aloyoun a également présenté son portefeuille mobile, une application qui peut être utilisée pour effectuer des paiements, des retraits ou des transferts d'argent, sans posséder de compte bancaire. En coopération avec la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ), Dinarak a également mis en place le projet Digi#ances Partnership Initiative pour soutenir l'inclusion financière des personnes à faible revenu de Jordanie, de Syrie ou de réfugiés - souvent sans compte bancaire.
 
Le secteur des TIC en tant que créateur d'emplois?
 
Dans le cadre d'une discussion animée, les panélistes ont débattu de la question de savoir si l'augmentation de la numérisation et le développement du secteur des TIC créaient des emplois ou plutôt les détruisaient. Cette discussion revêtait une importance particulière pour la région arabe, compte tenu de leurs taux élevés de chômage chez les jeunes, en particulier parmi les diplômés universitaires, ce qui suscite de grands espoirs pour le secteur des TIC d'assurer la diversification économique. Dans ce contexte, Michael Pittelkow de SAP, leader allemand du développement de logiciels, a souligné le risque de considérer le secteur des TIC comme une solution miracle au chômage. Selon lui, s'il ne fait aucun doute que l'émergence d'un secteur des TIC crée de nouveaux emplois, cela entraîne inévitablement la perte d'autres. Cependant, Julia Nietsch d'Orange Inetrnational a souligné  l'effet positif du secteur sur les opportunités d'emploi. Selon elle, des études ont montré que la croissance de l'économie des TIC a un impact positif sur le développement de la région arabe. «Nous devons promouvoir à la fois les start-ups et les entreprises de taille moyenne, car ces dernières créent la majorité des emplois.» Cela implique qu'un développement réellement durable ne peut être réalisé qu'en coopérant avec des entreprises et des universités déjà sur place. Quant à Clara Gruitrooy, Secrétaire générale de l'EMA, elle a mis en exergue l’importance  des opportunités pour les femmes entrepreneurs dans le secteur des TIC. Finalement,  Rym Jarou de Smart Tunisia, a également mentionné le grand potentiel du marché du travail qu'elle voit comme une conséquence positive de la numérisation.
 
Le problème dominant: la protection de la confidentialité des données
 
Un autre sujet de la discussion était la protection des données personnelles. Tous les participants ont convenu que l'accès à de grandes quantités de données d'utilisateurs, collectées par le biais d'applications, constitue l'exigence fondamentale de l'innovation numérique. Les conférenciers ont convenu que pour assurer un traitement responsable, il est crucial d'assurer l'anonymisation des données. "Nous avons besoin d'un équilibre entre l'efficacité résultant de la numérisation et la vie privée qui doit être soumise au plus haut niveau de protection", a noté Michael Pittelkow. En utilisant l'exemple de la France, Julia Nietsch a souligné que des politiques strictes sur la protection des données peuvent créer un cadre important, facilitant ces efforts. Depuis que l'économie des TIC en France s'est adaptée aux règles et réglementations du pays en créant des algorithmes puissants pour travailler avec des données hautement anonymisées, les entreprises sont en mesure de protéger la confidentialité des données de leurs clients.
 
Conclusion: un grand succès
 
Le 2e Forum numérique germano-arabe qui s'est tenu au CEBIT, le festival européen de l'innovation et de la numérisation, a accueilli un large éventail de représentants de haut niveau de l'industrie numérique allemande et arabe. Le forum a permis un échange animé et a créé une plate-forme pour établir de nouveaux contacts. En ce qui concerne les défis et - comme il était souligné dans ce forum - le plus important c’est le potentiel résultant de la mondialisation, l'EMA a apporté une contribution importante à la promotion de l'industrie des TIC en réunissant les décideurs du monde des affaires et de la politique, une pierre angulaire de la numérisation durable dans le monde entier.
 
Evelin Ayadi-Krenzer (ez-scout@ema-germany.org), EZ Scout de la GIZ au nom du BMZ et détachée auprès de l'EMA, soutient les entreprises pour la coopération au développement dans la région arabe.
 

 

 

Partenaires de coopération :

CEBIT

EZ-SCOUT

AWE

 
 
 
 

L'EMA - Un membre de