Forum économique germano-marocain

Le Maroc, un marché clé pour l’Afrique : Automobile, Agro-industrie & Co.

Rapport

Aller à la galerie

Le Royaume du Maroc n’est plus associé seulement à la migration. Il constitue d’ailleurs, et ce depuis quelques années, un marché potentiel d’investissement pour les allemands. Ceci a été bien confirmé lors du forum économique germano-marocain, tenu le 13 novembre à Berlin. Grâce aux efforts de l’EMA et la BME, et leurs partenaires, ce forum a accueilli environ 120 participants, dont plus de la moitié marocains. En plein boom économique, le Royaume de l’Afrique du Nord est désormais sur le bon chemin vers le succès. Une infrastructure et un réseau routier bien équipés, les travaux de construction sont partout visibles.

 

L’exploitation intégrale du potentiel bilatéral

 

S.E. M. Khalid Lahsaini, chargé d'Affaires de l'ambassade du Maroc à Berlin, a mis l’accent sur le potentiel encore inexploité dans la coopération bilatérale entre les deux pays. Seulement 200 entreprises allemandes présentes au Maroc jusqu’à présent. En outre, le volume des échanges entre l'Allemagne et le Maroc ne représente que trois milliards d'euros, avec une grande partie des fonds « dissimulée » dans la bourse germano-française. De nombreuses entreprises allemandes sont actives au Maroc par l’intermédiaire de leurs filiales françaises et leurs partenaires. Le hub européen et le hub africain, doivent, comme l’a bien souligné le partenaire de BME / EMA et président de l'association marocaine des exportations ASMEX Hassan Sentissi, renforcer leur engagement bilatéral.

 

Lars Wilke, représentant du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et responsable de la nouvelle initiative spéciale "Formation et emploi" du gouvernement fédéral, a donné un exemple concret des formes possibles de coopération future entre les deux pays. Son ministère promeut le développement économique, à travers le développement des écosystèmes, et, avec ses partenaires marocains, il vise à rendre les zones industrielles et les zones franches au Maroc plus attractives pour les investisseurs allemands. L'accent est mis en particulier sur les moyennes entreprises de l'industrie automobile et de l'agro-industrie.

 

Automobile : Opportunités de financement et incitations pour les investisseurs allemands

 

A travers ses trois panels, le Forum a démontré le potentiel de la coopération bilatérale dans le secteur de l’automobile et bien dans d’autres. Cette approche multisectorielle est également une des particularités des activités BME/EMA, dans la mesure où elle met en évidence la diversification de l’économie marocaine.

 

Abdelouahed Rahal, Directeur de l’industrie automobile au Ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique du Maroc, a souligné l'importance de l'industrie automobile et de ses fournisseurs pour le Maroc. Désormais, toutes les foires et conférences relatives à ce secteurs, seraient placées sous le patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. L'État propose aux investisseurs des offres de subventions sur mesure, à titre d’exemple en matière d'allègement fiscal pour l'acquisition de terrains, la création de centres d'essai et de développement et la création de coentreprises. Selon Abdelaziz Meftah, Directeur général de l'association automobile marocaine AMICA, partenaire de BME/EMA, il s'agit maintenant de combler les lacunes existantes dans la coopération.

 

L'agro-industrie : Des chaînes d'approvisionnement efficaces et des opportunités de gestion de l'eau et des eaux usées

 

Le marché agro-industriel marocain est encore plein de potentiel pour les investisseurs allemands. Hakim Marrakchi, PDG de Maghreb Industries, a abordé, lors de son discours, l’efficacité des chaînes d’approvisionnement d’importation et d’exportation dans ledit secteur. Quant à Peter Hartwig, membre de l'EMA et propriétaire d'aqua consult Ingenieur GmbH, a expliqué les possibilités d'une agriculture durable grâce à l'utilisation des eaux usées pour le traitement des terres arables à des fins d'irrigation ou pour la production de biogaz, qui peut à son tour être utilisé pour la production d'électricité.

 

Pourquoi investir au Maroc ? Depuis 2010, le Royaume a gagné 68 places dans le rapport Doing Business de la Banque mondiale - et cela grâce aux réformes mises en œuvre, déclare Yassine Serhani, partenaire de BME/EMA et président de l'Association Marocaine de la Communauté Achats AMCA. La société Hawerkamp Maschinenbau und Kunststoffrohr GmbH, représenté par son directeur commercial et technique Marcus Hawerkamp, a manifesté un grand intérêt pour un engagement au Maroc dans le domaine de la technologie des eaux et des eaux usées.

 

Connect Achat : Création de perspectives pour un bénéfice commun

 

Cependant, certains domaines n’ont pas été bien occulté jusqu’à ce jour. L’industrie textile, à titre d’illustration, ses chiffres des exportations du Maroc vers l’Allemagne ont bel et bien diminués durant les dernières années. Bien qu’il n’y aucune raison particulière à cette décadence, des problèmes structurels devraient être examinés conjointement entre les deux pays partenaires.

 

Parce qu'en fin de compte, c'est la création de perspectives pour un bénéfice commun qui est à l’avant-garde. Le partenariat de chambres et d'associations Connect Achat, promu par le BMZ et piloté par Sequa, est un projet exemplaire pour le renforcement des relations bilatérales, a souligné Gabriele Groneberg, MdB a.D., présidente de l'EMA. Selon Olaf Holzgrefe, responsable du développement du commerce international et des affaires au BME, Connect Achat a une grande vision pour servir de pont entre les deux pays. Le Maroc restera donc au coeur des activités de BME/EMA en 2019.

 

La galerie

Fotos: © Jens Jeske/www.jens-jeske.de

 
 
 
 

L'EMA - Un membre de